1. Accueil
  2. »
  3. Technologie
  4. »
  5. La biorobotique séduit les...

La biorobotique séduit les ingénieurs

0

Les ingénieurs s’inspirent de plus en plus de la nature pour réaliser des machines autonomes, c’est-à-dire des machines aptes à percevoir, interpréter, décider et agir sur leur environnement de manière adaptée sans intervention humaine extérieure. Ils s’intéressent en particulier à la perception bio-inspirée et aux mécanismes qui conduisent aux mouvements bio-inspirés.

Les mouches avec leurs neurones détecteurs de mouvement inspirent les chercheurs pour développer un dispositif capable d’alerter les aveugles d’un danger approchant. Les abeilles et les milliers de facettes de leurs yeux servent de modèles pour créer de petits robots pollinisateurs. L’observation des fourmis du désert permet d’améliorer la navigation de robots autonome sans GPS. La dextérité des pieuvres et les  pattes « ventouses » des geckos conduisent les ingénieurs à inventer de nouveaux robots magasiniers. Même les plantes nourrissent l’imagination des chercheurs. Ainsi les plantes grimpantes inspirent le projet Growbot, financé par l’Union européenne, qui  a pour objectif de développer des robots capables de s’ancrer, d’escalader une surface verticale et même appréhender le vide, comme certains végétaux qui poussent en suspension dans l’air jusqu’à rencontrer une surface à laquelle s’accrocher.

 Vous trouverez sur la chaîne  “Nature=Futur”  de nombreux exemples bio-inspirés comme celui  qui vise à optimiser les performances d’un robot hexapode en améliorant à la fois son autonomie d’énergie et ses déplacements.

Les commentaires sont fermés.