1. Accueil
  2. »
  3. Espace
  4. »
  5. Les images époustouflantes en...

Les images époustouflantes en haute définition du sol de Mars

0

HiRISE est le satellite de la mission Mars Reconnaissance Orbiter (MRO).

Lancé en 2006 et toujours opérationnel à ce jour, il a pris des milliers de clichés d’une qualité extraordinaire avec une résolution de 30 cm par pixel.

Construit pour le compte de la NASA par Ball Aerospace & Technologies sous la supervision d’une équipe de scientifiques de l’Université de l’Arizona, il comporte également une demi-douzaine d’instruments de haute technologie .
La caméra fonctionne dans les longueurs d’onde visibles, les mêmes que celles utilisées par les yeux humains, mais avec un objectif télescopique donnant des images d’une qualité jamais vue auparavant dans les missions spatiales.

HiRISE effectue également des observations aux longueurs d’onde du proche infrarouge.

À une altitude variant de 200 à 400 kilomètres au-dessus de Mars, HiRISE acquiert des images dont la résolution est suffisante pour repérer un ballon de basket sur Mars.

La température moyenne de Mars est de -63°C avec de grandes variations selon les saisons et la latitude, entre-140°C et +30°C.

L’atmosphère de Mars est composée à plus de 95% de gaz carbonique (CO2). Elle est par ailleurs très ténue. La pression atmosphérique au sol y est de l’ordre de 6 millibars soit moins de 1% de celle de la Terre (1013 millibars).

Dans ces conditions de l’eau liquide a peu de chance d’être présente sur Mars : elle peut néanmoins exister à l’état solide, aux pôles ou au fond des canyons.

Les traces d’eau relevées dans l’atmosphère martienne montrent par ailleurs qu’une partie de cette glace peut, ou a pu, se sublimer, passant directement de l’État solide à l’état gazeux.

L’essentiel des glaces de Mars, en particulier dans les régions polaires, sont néanmoins constituées de dioxyde de carbone (CO2).
Cette glace, en fonction de son épaisseur, de l’orientation du rayonnement solaire et de l’angle de vue, peut conduire à des clichés montrant d’extraordinaires nuances de bleu, d’ocre, de blanc, etc..

Les scientifiques peuvent aussi accentuer les contrastes et les tonalités des photos en jouant sur les 3 bandes colorimétriques de l’instrument : BG (“blue-green”, 400-600 nm), R (“red”, 550-850 nm) et NIR (“near intrared”, 800-1000 nm).

Ces réglages permettent d’obtenir des informations très utiles pour l’analyse minéralogique des sols martiens.

Les commentaires sont fermés.