1. Accueil
  2. »
  3. Démographie
  4. »
  5. 150 ans : durée...

150 ans : durée maximale de la vie humaine?

0

Avec l’âge non seulement le risque de tomber malade augmente mais notre capacité à résister à la maladie diminue. Un adulte qui guérit en 2 semaine d’une maladie, mettra 6 semaines à s’en remettre à 80 ans. Globalement, toutes causes confondues,  la mortalité chez l’homme et l’incidence de maladies chroniques liées au vieillissement augmentent de façon exponentielle et doublent tous les 8 ans.

Nous disposons à présent de nombreuses données qui permettent de quantifier ce lien entre vieillissement et survenue de maladies graves : cancer, diabète, maladies cardiovasculaires, etc. Nous commençons également à identifier les marqueurs biologiques qui mesure notre résilience à la maladie, c’est-dire notre capacité à la surmonter et à retrouver la santé. Nous pouvons de plus en plus  estimer un “âge biologique” pour une personne à partir de ses marqueurs sanguins,  de mesures de l’altération de son ADN, de critères mesurant son activité locomotrice et divers autres paramètres physiologiques et biologiques

Une équipe internationale travaillant pour Gero, une entreprise de biotechnologie basée à Singapour (1) a analyser ces indicateurs issues de basses de données de suivi médical couvrant au total plus de 120.000 personnes de 1à 85 ans. Ils ont pu ainsi isoler  le vieillissement intrinsèque qui réduit peu à peu notre résilience face à la maladie. Leur conclusion est que cette résilience devient nulle entre 120 et 150 ans. Cet âge serait donc selon eux l’âge maximal que pourrait atteindre un humain.

Est-il possible néanmoins de permettre aux humains de vivre plus longtemps? Certains scientifiques le pensent. C’est le cas du gérontologue Aubrey de Grey qui a lancé le projet SENS (2) dont l’objectif affiché est d’accroître l’espérance de vie de plusieurs siècles en utilisant toutes les techniques possibles de la thérapie génique à la régénération cellulaire. Pour lui le vieillissement n’est pas inéluctable et il le considère comme une simple maladie à combattre.

Lire aussi notre article  : Le retour de Mathusalem ?

Les commentaires sont fermés.